23 avril 2021

Achats (éco)responsable et industrie

Une dynamique à enclencher

Qu'est-ce qu'un acheteur responsable ? C’est un professionnel qui se pose les bonnes questions avant d’agir (au lancement d’un appel d’offres par exemple). Ces questions portent sur plusieurs dimensions, l’impact social, sociétal des futures décisions mais aussi sur leurs conséquences en matière environnementale. Les industriels, grands consommateurs de matières premières, ont une place à revendiquer parmi ces entreprises responsables, pour grandir elles-mêmes, pour relancer l’industrie française et l’ancrer vers un futur durable.

Il y a une prise de conscience générale, en entreprises comme en collectivités, de la nécessité d’intégrer la donnée sociale et environnementale à tous les échelons, dans toutes les facettes d’une organisation. Le Groupe Cougnaud s’est déjà emparé du sujet depuis plusieurs années et a ainsi audité puis optimisé ses achats, ses process, ses relations partenaires, son management. Le procédé constructif lui-même intègre cette fibre responsable : intégration de la filière bois, tri des déchets en ateliers, utilisation réduite de l’eau lors des phases de production…

Signe notable de cet engagement responsable, la signature de la charte relations fournisseurs responsables, dans laquelle le Groupe Cougnaud s’engage sur les points suivants :

  1. Assurer une équité financière vis-à-vis de ses fournisseurs (attitude responsable, informative, attentive)
  2. Assurer une équité financière vis-à-vis de ses fournisseurs (attitude responsable, informative, attentive)
  3. Favoriser la collaboration entre grands donneurs d’ordres et fournisseurs stratégiques (partage de coûts de qualification par exemple, aide à la performance, accompagnement au développement)
  4. Réduire les risques de dépendances réciproques entre donneurs d’ordres et fournisseurs (diversification, amélioration des savoir-faire ou internationalisation côté fournisseurs ; anticipation, désengagement progressif côté donneurs d’ordres)
  5. Impliquer les grands donneurs d’ordres dans leur filière (gestion prévisionnelle des achats, confiance, consolidation des filières de production,…)
  6. Apprécier le coût total de l’achat (composants et aléas)
  7. Intégrer la problématique environnementale (impacts environnementaux de sa politique d’achats, recyclage, traitement des déchets, bilan carbone,…)
  8. Veiller à la responsabilité territoriale de son entreprise
  9. Respecter une éthique du métier et du processus d’achat (impartialité, objectivité, mise en concurrence ouverte, libre et loyale, égalité de traitement, transparence)
  10. Maintenir une qualité de relation avec les fournisseurs (respect, esprit d’équipe, transparence, volonté de négociation en cas de litige).

Cette charte est notamment prise en compte dans le cadre de l’attribution du Label Achats Responsables, créé par l’Etat en 2012. Premier et seul Label décerné par les pouvoirs publics en la matière, il est remis pour une durée de trois ans, avec une vérification annuelle. Il intègre depuis peu un volet social et environnemental, qui devrait lui permettre de gagner en ampleur, en visibilité, en désirabilité. L'Etat veut montrer l'exemple, au sein de ses propres ministères, pour ensuite déclencher un cercle vertueux auprès des collectivités et des entreprises.

Les entreprises qui seront vues comme étant responsables sur le plan environnemental et social bénéficieront donc d'un avantage compétitif auprès de leurs clients, leurs fournisseurs, leurs actionnaires et même auprès des jeunes diplômés ! Ensuite, au-delà de l'image, les entreprises seront sensibles au fait de travailler avec des partenaires portant les mêmes valeurs, ce qui constituera à terme un écosystème basé sur une confiance mutuelle.

Nous sommes à votre écoute
Appelez-nous au
02 49 88 11 74
Ou rappel sous 48h
Contact